Prix PhiLab « Engagement scientifique et philanthropique étudiant »

Prix: 3000$
Bourse disponible: 1
Date de dépôt: Les applications seront acceptés jusqu’au 1er décembre 2022.


Prix annuel lancé en 2021 en honneur de Diane Alalouf-Hall, doctorante à l’UQAM et coordonnatrice du PhiLab jusqu’en 2021, pour sa performance, son dévouement et son engagement dans son parcours universitaire, ses activités de recherche ainsi que dans la mise sur pied et le développement du Réseau canadien de recherche partenariale sur la philanthropie (PhiLab).


Objectifs 

  • Souligner l’excellence d’une activité de recherche en lien avec le secteur sans but lucratif. 
  • Souligner l’impact d’une activité de recherche dans différents milieux sous l’angle d’une « percolation sociale forte » (Alalouf-Hall, 2022) au niveau local canadien ou ailleurs dans le monde.
  • Encourager la poursuite d’une carrière en recherche engagé
Critères d’admissibilité
  • Être inscrit·e dans une université canadienne – baccalauréat, maitrise ou doctorat – et être domicilié·e au Canada.
  • Les programmes visés sont en sciences humaines, sociales, de la gestion ou environnementales.
  • Inscrire ses travaux de recherche ou son engagement dans la mouvance pour une « transformation sociétale plus juste ».
  • Langue : français ou anglais, avec un résumé dans les deux langues.
Modalités de soumission
  • Remplir le formulaire de candidature.
  • Fournir une lettre de présentation.
  • Possibilité pour des professeur·e·s ou des organismes de suggérer des candidat·e·s.
  • Les demandes seront traitées par un Comité de sélection composé : d’un·e chercheur·e, d’un·e représentant·e étudiant et d’un·e représentant·e du milieu philanthropique canadien ou québécois.
Critères d'évaluation
  • Le dossier académique soumis par le ou la candidat·e.
  • L’impact dans la société de l’activité de recherche.
  • L’engagement dans le programme de recherche PhiLab : article, blogue, participation à des colloques, implication dans des activités de gestion de notre réseau de recherche, etc.
Comité de sélection

Les membres du Comité seront :

  • Diane Alalouf-Hall, étudiante au doctorat, sociologie UQAM, PhiLab-Québec
  • Nancy Pole, Co-spire Consulting, PhiLab-Canada
  • Jean-Marc Fontan, chercheur, UQAM, PhiLab-Canada
Gagnants 2021

Gagnants du prix Engagement 

David Grant-Poitras 

Dans le cadre de sa thèse, David s’intéresse au rôle des fondations subventionnaires québécoises dans la mise en œuvre d’une transition socio-écologique de l’économie. Ses recherches explorent le potentiel de trois champs d’action au sein desquels s’engagent un nombre croissant de fondations afin de soutenir des formes de développement plus soutenable et souhaitable sur les plans social et environnemental : (1) en appuyant l’émergence et la dissémination des communs, lesquels privilégient une gestion plus pérenne et démocratique des ressources dont dépendent les collectivités ; (2) en utilisant leur fonds de dotation de manière à encourager la croissance d’une finance socialement responsable ; (3) en influençant les gouvernements dans l’élaboration de politiques publiques permettant de lutter contre le dérèglement du climat tout en protégeant les collectivités face aux risques sociaux associés aux bouleversements écologiques. Comme chercheur engagé, David inscrit son travail dans une perspective partenariale afin de co-construire des connaissances qui seront utiles aux acteurs philanthropiques désireux d’intensifier leurs efforts au sein de ces nouveaux créneaux. 

Brady Reid

Brady Reid 

Vers la fin de ma maîtrise, j’explorais la prise de décision et la gouvernance dans les communautés rurales mi’kmaq de l’ouest de Terre-Neuve, en considérant les possibilités et les obstacles au développement durable. Au fur et à mesure que le hub PhiLab de l’Atlantique prenait ses marques, j’ai reconnu le potentiel émergent de la philanthropie locale et le nombre croissant de recherches sur les communautés rurales résilientes et durables. Généralement basés sur des partenariats, mes intérêts de recherche s’alignent résolument sur les priorités des partenaires (communauté ou organisme), ce qui conduit à une recherche et un engagement plus significatifs et mutuellement bénéfiques pour tous les partenaires. J’ai notamment travaillé avec la Fondation communautaire de la Nouvelle-Écosse afin de trouver des moyens équitables de répartir les fonds provenant d’un fonds national d’aide aux victimes de la COVID-19 dans tout le Canada atlantique. Ce travail était principalement statistique, mais il a permis de jeter les bases d’une enquête supplémentaire dans l’avenir afin de faire ressortir les nuances des besoins dans les communautés des diverses compétences du Canada atlantique. 

Gagnante du prix Innovation

Mandy Wu

Mandy Wu Fei

La recherche a montré que les demandeurs d’asile, par rapport aux autres immigrants, sont plus exposés à la détresse psychologique en raison de leur statut juridique précaire, de l’insécurité financière et du logement, ainsi que de l’isolement social et de la discrimination. 

Les expériences des mères demandeuses d’asile sont particulièrement uniques étant donné qu’elles doivent faire face à des changements d’identité sexuelle, parentale et souvent professionnelle pendant la réinstallation. Cette étude à méthodes mixtes vise donc à comprendre les expériences vécues par les mères demandeuses d’asile au Québec à travers leur participation à un programme communautaire de soutien psychosocial visant à améliorer leur bien-être. Plus précisément, cette étude visera à comprendre comment les mères demandeuses d’asile rétablissent leur propre autonomie pendant le processus de réinstallation et comment la participation à un programme de soutien communautaire façonne leur auto-efficacité, leur stress d’adaptation et leur bien-être subjectif. Cette étude utilisera des questionnaires pour mesurer 1) la corrélation entre l’autonomie et le bien-être subjectif; 2) la corrélation entre la participation au programme et l’augmentation de l’efficacité personnelle et du bien-être et; 3) la correspondance entre la capacité des demandeuses d’asile à s’adapter aux facteurs de stress dans les domaines de l’identité, de la signification existentielle, ainsi que de leur niveau d’autonomie et de bien-être. Des entretiens seront menés pour examiner la perception qu’ont les mères demandeuses d’asile de leur propre autonomie et de leur bien-être pendant la réinstallation et la façon dont ces perceptions peuvent changer après la participation au programme. En explorant la manière dont les programmes communautaires peuvent promouvoir la santé mentale des demandeuses d’asile à travers le regard de l’auto-efficacité et de la capacité d’adaptation, cette étude offrira un aperçu de la capacité des mères demandeuses d’asile en tant que personnes agissantes et fournira des données probantes pour informer les politiques et le développement d’interventions visant à améliorer le bien-être de cette population vulnérable. 

Pour plus d’informations contacter: philab@uqam.ca