Philanthropie et université

Édition spéciale: Philanthropie et université

Parmi l’ensemble des institutions existantes dans notre société, l’Université est sans doute celle qui entretient le rapport le plus privilégié avec le milieu philanthropique. Historiquement, la création de plusieurs universités canadiennes et étatsuniennes est le fait d’actes charitables. Près de nous, pensons à l’Université McGill qui a été fondée grâce au don testamentaire de James McGill. Cependant, la philanthropie intervient aussi en aval du moment fondateur de l’institution universitaire ; elle joue très souvent un rôle au cours de différentes séquences de son développement, que ce soit pour la création d’un pavillon, pour appuyer une chaire de recherche ou, tout simplement, pour donner des bourses étudiantes. Pour reprendre en exemple l’Université McGill, celle-ci vient tout juste de recevoir un don colossal de 200 millions de la part de la fondation du couple McCall MacBain – ce qui représente le plus gros don jamais recensé dans l’histoire du Canada –  dans le but de créer un fonds qui servira à financer chaque année des bourses étudiantes. Mais ce cas ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. Si on observe la situation globalement, on constate que le secteur de l’éducation est le principal bénéficiaire de la philanthropie subventionnaire : 86% des plus grandes fondations canadiennes ont affirmé avoir subventionné le secteur de l’éducation en 2011, ce qui lui a permis de capter 28% de l’ensemble du financement offert par ces richissimes fondations (Imagine Canada et PFC, 2014, p.12). Les références regroupées dans le bulletin ‘Philanthropie et Université’ abordent plusieurs aspects de ce rapport intime entre les universités et le monde de la philanthropie.

Bonne lecture !