Éditorial : La philanthropie canadienne et la guerre en Ukraine

Par Peter R. Elson , Co-directeur du Réseau PhiLab
Par Adam Saifer , Superviseur du PhiLab Québec
Par Iryna Khovrenkov , Co superviseure du PhiLab de l'Ouest
31 mai 2022

Cet éditorial introduit notre édition spéciale du mois de mai 2022 : Guerre en Ukraine : Le rôle de la philanthropie canadienne


philanthropie canadienne guerre en Ukraine

En temps de crise humanitaire, le rôle de la philanthropie devient autant une démonstration d’ingéniosité humaine qu’une preuve de sollicitude et de solidarité. Répondant de la même manière que lors d’autres crises dévastatrices comme guerre civile en Syrie ou la guerre en Afghanistan, la philanthropie canadienne su a rapidement mobiliser ses efforts et ses ressources pour soutenir les Ukrainiens touchés par l’invasion illégale de leur pays par la Russie.

Le Canada abrite plus de 1,4 million de personnes d’origine ukrainienne – la deuxième plus grande diaspora ukrainienne au monde après la Russie. Depuis 1891, le Canada a connu au moins deux importantes vagues d’immigration ukrainienne : la première de 1891 à 1914 et la seconde de 1923 à 1939. Cet afflux a aidé le Canada à coloniser les terres agricoles dans les Prairies et à alimenter les industries en travailleurs dans le centre du pays. « Élevé au Canada avec des racines ukrainiennes » est une expression qui décrit de nombreux Canadiennes et Canadiens, dont la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland.

En termes de rapidité et de portée financière, l’ampleur de la réponse du secteur philanthropique à la guerre en Ukraine a été extraordinaire. Par exemple, au cours du premier mois de l’invasion russe « les dons versés au profit du Fonds de secours : Crise humanitaire en Ukraine ont permis de recueillir plus de 128 millions de dollars ». Ce montant comprend 30 millions de dollars de fonds de contrepartie du gouvernement canadien.  Les communautés ukraino-canadiennes se sont également mobilisées, notamment celles qui ont des liens profonds avec l’Ukraine, comme la Fondation Canada-Ukraine. Cette fondation a été créée par le Congrès ukraino-canadien afin de coordonner, d’élaborer, d’organiser et de mettre en œuvre des projets d’aide générés par les Canadiennes et Canadiens et destinés à l’Ukraine. Au cours des premiers jours de l’invasion, « la Fondation Canada-Ukraine a déclaré avoir recueilli 4 millions de dollars et en avoir versé 500 000 $ pour fournir des colis de nourriture, des médicaments et des abris ». Ce sont des fondations comme celle-ci qui savent ce qui est nécessaire et comment l’acheminer aux bonnes personnes et au bon endroit.

Le soutien massif que reçoivent les Ukrainiens provient autant des organisations de bienfaisance et philanthropiques officielles canadiennes que d’initiatives informelles et ad hoc – souvent provenant de parfaits inconnus – qui mettent leurs ressources en commun pour aider les personnes dans le besoin.  C’est dans de tels contextes que l’on remarque l’incroyable unicité, flexibilité et créativité de la philanthropie.

Nous connaissons personnellement deux étudiants en langue russe d’Oxford, en Angleterre, qui ont pris du temps sur les études pour se rendre en Pologne afin de fournir des services de traduction. Ils ont aidé les réfugiés qui arrivaient à la frontière polonaise à trouver un abri, à obtenir une aide médicale et à traiter des documents. Dave Obee et ses amis de Victoria, en Colombie-Britannique, envoient mille dollars par semaine à un ami en Ukraine. Alors que cet argent était destiné à des fins personnelles, leur ami l’a utilisé pour aider d’autres personnes. Semaine après semaine, ce cycle humanitaire se répète et montre l’importance de la confiance avec les acteurs de la communauté. Certains Canadiennes et Canadiens ont même pris l’initiative de se rendre à la frontière ukraino-polonaise et d’apporter leur aide.

 

Les détaillants de Victoria, tels que les magasins de chaussures Walk in Comfort et les magasins Old Farm Market, soutiennent l’Ukraine en faisant des dons avec leurs clients, et cette initiative est reproduite par d’autres dans tout le Canada. À plus grande échelle, Soutien de l’industrie canadienne à l’Ukraine est un nouveau portail destiné aux entreprises canadiennes désireuses d’apporter leur soutien aux Ukrainiens déplacés par la guerre. En une seule journée, 400 000 $ de dons ont été versés par Loblaw, Canadian Tire, Metro et Couche-Tard.

Le coût humain et non humain de la guerre est incalculable. Pourtant, malgré cette dévastation et ces pertes, nous avons assisté à un déferlement de soutien par le biais de la circulation de biens et de fonds, ainsi que par le temps, les talents et les efforts des personnes. Des fondations, des grandes et petites entreprises, des communautés et des particuliers se sont tous mobilisés et ont fourni ce qu’ils pouvaient dans la mesure de leurs moyens. Les réseaux préexistants entre les principales fondations ukraino-canadiennes et les Canadiens, dont certains sont d’origine ukrainienne et d’autres non, se sont mobilisés et sont intervenus.

Il est important de toujours se rappeler qu’en temps de guerre, il n’y a que des perdants et les évènements qui se déroulent en Ukraine auront des répercussions sur les générations à venir.