https://philab.uqam.ca/

Recherche

banniere lmrpc

Vivant dans une période de changements rapides où les questions sociales sont de plus en plus complexes, il est important de comprendre le rôle et la contribution que les fondations subventionnaires canadiennes (FSC) jouent lorsqu’il s’agit d’aider à identifier, à concevoir, et à mobiliser les ressources appropriées. Ce projet de recherche d’une durée de trois ans, portant sur le développement de partenariats, désire explorer l’impact social des fondations privées, publiques, et communautaires au Canada.

Le soutien financier de ce projet provient du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et de quatre partenaires initiaux :

Ce projet est dirigé par Jean-Marc Fontan, Professeur titulaire au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) ainsi que par Peter R. Elson de l’Institute for Community Prosperity (anciennement l'Institut d’études pour des organismes sans but lucratif) à l’Université Mount Royal et professeur adjoint auxiliaire pour l’École d’administration publique de l’Université de Victoria.

En tant que programme de recherche en développement de partenariats, la collaboration entre chercheurs et partenaires fondateurs et communautaires constitue un élément essentiel pour ce projet. En complément de notre rigoureux programme de recherche mené en partenariat, les objectifs seront suivis et évalués à chaque étape du développement, aux côtés des partenaires qui travaillent directement depuis ou à l'extérieur des fondations.

Les travaux sont sous la gouverne d'un comité de gestion qui se compose de deux responsables: un chercheur et un représentant d'une des quatre organisations partenaires du projet de recherche.

Le programme de recherche est scindé en quatre groupes de recherche ou clusters.

Groupe de travail I : L'état de la philanthropie au Canada

Le travail de ce groupe est divisé en deux volets.

Le premier volet repose sur une étude de la littérature existante sur les fondations subventionnaires au Canada. L'objectif est de définir un cadre d'analyse permettant de comprendre ce que sont les fondations ainsi que de cerner leur rôle dans la régulation d'ensemble de la société. Cette synthèse tiendra compte du contexte historique et culturel du Canada et visera à répondre aux questions portant sur l'impact qu'ont les fondations subventionnaires sur le changement sociétal et sur l'innovation sociale.

Le second volet permettra de repérer et de qualifier les données empiriques disponibles au Canada en ce qui concerne les fondations subventionnaires. Un examen approfondi des données et des variables disponibles concernant les buts et les activités entreprises par les fondations subventionnaires sera également réalisé. Ce travail ouvrira la voie aux analyses empiriques à venir. Il permettra aussi d'initier un dialogue entre les universitaires, les praticiens et autres parties prenantes.

Coordination du groupe

Autres membres du groupe

Assistantes de recherche

  • Lynn Gidluck, Doctorat, Johnson Shoyama Graduate School of Public Policy

Groupe de travail II : Aspect juridique et processus de gouvernance

Au sens large, ce groupe examine les questions de gouvernance et les enjeux politiques qui définissent, limitent ou facilitent la capacité des fondations subventionnaires d'avoir un impact sur la société. Le programme de recherche de cet axe porte principalement sur trois thèmes.

Le premier thème aborde les enjeux émergents concernant les différents types de documents officiels devant être produits par des fondations subventionnaires. Un cadre d'analyse s'appuyant sur la théorie des parties prenantes est utilisé pour structurer la réflexion. Les types de documents qui sont examinés sont les suivants : les déclarations pour l'impôt et les rapports réglementaires ; les rapports financiers, sociaux et ceux concernant l'octroi de subventions.

Le deuxième thème portera sur l'engagement des fondations subventionnaires dans le processus de production de politiques publiques : allant de la création d'une politique publique à sa mise en œuvre et à son évaluation. La question clé qui oriente ce thème de recherche est dans quelle mesure les fondations subventionnaires s'engagent dans de tels processus, de façon directe ou indirecte, afin de susciter des changements sociétaux et de favoriser le développement d'innovations sociales.

Le troisième thème tourne autour de la question du lobby exercé par des fondations. Il s'agira d'identifier la nature des représentations faites par des fondations subventionnaires auprès de différents acteurs de la société. Ce volet de recherche permettra aussi de voir comment les lois actuelles limitent ou facilitent le travail de représentation auprès d'instances publiques.

Coordination du groupe

  • François Brouard, Université Carleton
  • Adam Parachin, Université de Western
  • Peter R. Elson, Institute for Community Prosperity (Anciennement l'Institut d’études pour des organismes sans but lucratif) & Université de Victoria

Autre membre du groupe

Assistants de recherche

  • Juniper Glass, Candidate à la maîtrise en Philanthropie et Leadership, École de politiques publiques et d'Administration, Université Carleton
  • Sara Hall, Candidate au doctorat, Université McGill

Working Papers de Groupe de travail II

2016

2015

Groupe de travail III : Études de cas sur la collaboration

Ce groupe réalisera des études de cas illustrant les collaborations existantes entre des fondations subventionnaires ou encore entre ces dernières et d'autres organisations : communautaires, gouvernementales ou privées. Les cas étudiés permettront de qualifier la nature des collaborations en vue de dégager une typologie, d'identifier des caractéristiques et d'identifier des impacts sociaux. Ce travail permettra aussi de cerner l'influence que peuvent avoir des fondations sur la capacité d'agir des parties prenantes d'enjeux sur lesquels elles interviennent.

Les différentes équipes de ce groupe de travail se pencheront sur six thèmes de recherche sur lesquels des études de cas seront réalisées.

  • Étude du Groupe de travail des bailleurs de fonds pour le développement des jeunes enfants.
  • Étude du Réseau canadien des fondations subventionnaires en environnement.
  • Étude du programme « Signes Vitaux » de Fondations communautaires du Canada.
  • Étude du fond de la nourriture, culture et la communauté du Manitoba nord.
  • Étude sur la Commission sur l'Écofiscalité du Canada.
  • Étude sur la coalition des fondations québécoises contre les inégalités sociales.

Coordination du groupe

Autres membres du groupe

  • Jill Hanley, Université McGill
  • Karine Lavasseur, Université du Manitoba
  • Juan-Luis Klein, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Sylvain Lefèvre, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Hilary Pearson, Fondations philanthropiques Canada (FPC)
  • Luc Theriault, Université du Nouveau Brunswick, Fredericton

Assistants de recherche

  • Annabelle Berthiaume, Doctorant en travail social, Université McGill
  • Juniper Glass, Candidate à la maîtrise en Philanthropie et Leadership, École de politiques publiques et d'Administration, Université Carleton
  • David Longtin, MA, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Corrie Lynn McDougall, Doctorat, Chargée de cours & Chercheure, Université de Winnipeg
  • Nancy Pôle, Maîtrise en Philanthropie et Leadership, École de politiques publiques et d'Administration, Université Carleton
  • Mélanie St-Pierre, Candidate à la maîtrise en stratégie et RSE, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Working Papers de Groupe de travail III

2015

Groupe de travail IV : Une perspective internationale sur les fondations subventionnaires: Divergence et collaboration

L'objectif principal du groupe de travail est d'approfondir notre compréhension du milieu des fondations subventionnaires au Canada en lien avec les grandes tendances internationales en matière de philanthropie. Un sous-objectif sera de cerner l'impact de la mondialisation sur la philanthropie canadiennce.

Un des thèmes de travail portera sur la comparaison des cadres juridiques qui régulent la mise sur pied des fondations. Cette comparaison est d'autant plus compliquée à réaliser qu'il n'existe pas une définition standardisée des fondations subventionnaires.

En raison de leurs contexte historiques, culturals et politiques similaires, les pays référents seront le Royaume-uni, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. D'autres pays tels la France, l'Allemagne, l'Italie et la Suède seront aussi regardés dans un deuxième temps et sur des aspects particuliers.

Les thèmes de comparaison seront les suivants :

  • Modèles institutionnels
  • Cadre juridique et fiscal
  • Obstacles et défis
  • Considérations historiques et culturelles
  • Centres d’intérêts et de questionnement
  • Actifs et dépenses & tendances de croissance
  • Impact social et secteurs d’innovation
  • Réseaux internationaux d’acteurs de la philanthropie

Coordination du groupe

  • Mirle Rabinowitz Bussell, University of California, San Diego (UCSD)
  • James Stauch, Institute for Community Prosperity (Anciennement l'Institut d’études pour des organismes sans but lucratif)

Autres membres du groupe

Assistantes de recherche

  • Nazita Lajevardi, Candidate au doctorat, University of California, San Diego (UCSD)
  • Nicole Rigillo, Doctorat, Université McGill

Working Papers for Cluster 4

2015

Ce projet est soutenu par nos partenaires suivants:

cfc logo h bi
logo philaantro
logo OTFVERT
logo MRU_Institute-for-Community-Prosperity
logo SSHRC-CRSH_FIP
logo OTFVERT

Retour en haut de page