Luce Moreau, CRFE

Poste occupé:
Experte-conseil, Philanthropie
Organisation:
Travailleur autonome
Type de formation (1):
Autre
Programme de formation (1):
Variée
Types de professionnel-le:
Professionnels-les dans les OBNL et OBE
Secteurs d'organisation:
Autres fins profitant à la collectivité, Santé
Types d'organisation:
Autres

Pourriez-vous vous présenter ?

Je compte plus de vingt-cinq années d’expérience comme gestionnaire en philanthropie. Ayant commencé d’abord comme bénévole très engagée pour divers organismes de charité pour ensuite y poursuivre une carrière comme professionnelle. J’ai été formée au Canada et aux Etats-Unis, et je suis membre active de plusieurs conseils d’administrations en Amérique du Nord. J’agis à titre d’experte conseil en développement philanthropique, dons, commandites et partenariats stratégiques tant dans le secteur de la santé, des arts, de l’éducation et du milieu sportif.

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler en philanthropie ?

Ayant grandi au sein d’une famille où les valeurs philanthropiques étaient au coeur de nos activités familiales, mes parents ont su nous inculquer, à un très jeune âge, une attitude de bienveillance envers notre prochain. Il était clair que ma vie tant personnelle que professionnelle serait empreinte d’un idéal altruiste où je pourrais faire une différence dans la vie des gens.

Pouvez-vous définir et expliquer en quoi consiste votre activité et/ou fonction au sein de votre organisation ?

À titre d’experte conseil en philanthropie, j’agis comme spécialiste externe pour divers organismes dans le but de les accompagner et les faire évoluer dans leur développement. De plus, à titre bénévole, je siège au sein de plusieurs conseils d’administration afin de servir au sein des communautés qui me tiennent à coeur.

Quelle est votre formation professionnelle ? Est-ce pertinent dans le cadre de votre engagement philanthropique ? Pourquoi ?

Ayant fait des premières études en relations publiques, celles-ci me furent très utiles au début de ma carrière en gestion philanthropique. Par la suite, j’ai eu le privilège d’obtenir plusieurs bourses d’étude où j’ai pu me perfectionner tant aux États-Unis qu’au Canada et ainsi obtenir divers diplômes dans divers secteurs d’activités liées au secteur ainsi qu’une accréditation internationale en philanthropie.

Parlez-nous rapidement de votre parcours professionnel ?

J’ai occupé le poste de présidente et directrice générale de la Fondation du CHUM de 2015 à 2017. De 2012 à 2015, j’ai dirigé la Fondation du Y des femmes de Montréal. De 2008 à 2012, j’ai occupé le poste de présidente-directrice générale de l’Orchestre Métropolitain. De 1997 à 2008, j’ai eu le poste de présidente-directrice générale de la Fondation du CSSS Jeanne-Mance. Impliquée dans mon milieu professionnel, je siège présentement sur les conseils d’administration, à titre de présidente ou administratrice, tant au niveau local, provincial, national et international de plusieurs associations telles que AFP (Association of Fundraising Professionals), AFP Foundation for Philanthropy – Canada, Imagine Canada, Standards Council et plusieurs autres comités. En 2006, Luce gradue du Faculty Training Academy de AFP. En novembre 2007, j’ai obtienu la certification internationale CFRE (Certified Fund Raising Executive) et en 2016, j’ai complété le Programme de Leadership du Ivey Business School.

Quels sont les défis et enjeux liés à vos fonctions en philanthropie ?

La philanthropie n’est pas statique et les défis et enjeux s’y dessinent au quotidien. Il a été nécessaire au cours de la dernière décennie, plus particulièrement, de revoir nos pratiques et les adapter à une nouvelle réalité. Plus que jamais, il est important pour les diverses causes d’unir leurs forces et leurs ressources dans le but d’assurer un leadership nouveau dans le développement de la culture philanthropique.

Comment définissez-vous la philanthropie aujourd’hui ? Comment cette définition influence-t-elle votre façon de travailler ?

La philanthropie est un milieu des plus stimulants. On y retrouve des donateurs impliqués qui ont à coeur les causes qu’ils appuient. La philanthropie se veut éthique et transparente, cette dernière est régie par un code d’éthique pour ses professionnels et d’une charte des droits du donateur.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite exercer votre profession/activité ?

Pour toute personne qui désire oeuvrer dans un secteur professionnel de confiance et stimulant qui génère 251 milliards de dollars en revenus, emploie 1,7 million de personnes à temps plein et qui représente 12% de la main-d’oeuvre canadienne, je vous invite à devenir gestionnaire en philanthropie et, à votre tour, changer le monde pour un avenir meilleur. En tout début de carrière, ne pas hésiter à vous trouver un mentor et vous impliquer activement auprès d’une association professionnelle telle qu’AFP (Association of Fundraising Professionals) afin d’y partager votre passion et vous permettre de bâtir des relations durables.

Système de tri

Soumettre votre profil

Soumettez votre profil pour faire partie des portraits de philanthropie.

Soumettre un profil

Liste complète

Pour voir la liste complète des portraits, cliquez sur ce bouton.

Liste complète