Gérard Briand

Adresse courriel

Poste occupé:
Concepteur-idéateur président
Organisation:
BRIAND intelligence d'affaires en philanthropie inc.
Type de formation (1):
Formation universitaire (Baccalauréat)
Programme de formation (1):
Géographe
Type de formation (2):
Autre
Programme de formation (2):
MBA pour cadres spécialisée en entreprises collectives tels les ONG, les OBNL
Types de professionnel-le:
Professionnels-les dans les entreprises et les cabinets de conseils
Secteurs d'organisation:
Art et culture, Autres fins profitant à la collectivité, Avancement de l’éducation
Types d'organisation:
Entreprises

Pourriez-vous vous présenter ?

Bientôt 30 ans d’expériences, innovations et résultats en collecte de dons, spécialement dans les organismes nationaux bénévoles de coopération internationale, du domaine de la santé, dévoués à l’éradication du cancer, la prévention de la maladie d’Alzheimer et enfin, de l’aide pour contrer l’isolement social des ainés.

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler en philanthropie ?

C’est surtout par choix naturel et après avoir co-fondé une organisation non-gouvernementale (ONG) d’éducation à la coopération internationale en région. Notre financement particulier de contreparties provenait essentiellement de l’ACDI, (Agence canadienne de développement internationale); ce qui nécessitait des astuces inouïes pour collecter des fonds, dans une région très vaste au bassin de population relativement faible (350,000 habitants) avec des hommes et femmes immensément ouverts sur le monde.

Pouvez-vous définir et expliquer en quoi consiste votre activité et/ou fonction au sein de votre organisation ?

Avec bientôt 30 ans d’expériences, de bagages, de réalisations et de résultats concrets en philanthropie et depuis peu en pleine transition professionnelle vers une retraite que je souhaite la plus active, j’ai entrepris la réalisation d’un rêve, soit de démarrer mon propre service-conseils en collecte de dons et financement. J’axe mes services qui sont offerts aux dirigeants de fondations et organismes de bienfaisance enregistrés (OBE) dans un créneau “majeur” bien spécifique encore méconnu au pays, soit la promotion du don planifié, spécialement par clause testamentaire.
J’offre mon expertise également par la diffusion de sondages par courriel – de masse, hautement personnalisés ou intégrés à la poste -, et ce, auprès des plus fidèles groupes et segments de donateurs. L’objectif #1: vérifier leur INSCRIPTION ou leur INTENTION de legs en héritage au bénéfice des organismes qui leur tiennent le plus à coeur!

Comme le don moyen par succession au Canada équivaut à 35,000 $C env.; c’est là une activité de promotion et de collecte de fonds réputée posséder un excellent ratio coûts-bénéfices, surtout si l’on compare aux coûts et investissements des événements, galas et tournois de golf passablement remis en question en raison de l’inédite période COVID-19..

En définitive, la promotion des dons planifiés demeure celle avec LE meilleur retour sur investissement (ROI), social et financier!

Quelle est votre formation professionnelle ? Est-ce pertinent dans le cadre de votre engagement philanthropique ? Pourquoi ?

Géographe de formation et ouvert sur le monde avec diverses certifications en enseignement et administration, ma plus récente formation universitaire est la MBA pour cadres spécialisée en entreprises collectives tels les ONG, les OBNL, les coopératives et les syndicats.
Cette maîtrise est totalement bien accolée aux défis contemporains de la philanthropie, soit la gestion des ressources humaines, des nouvelles technologies de l’information (NTI), de l’administration et des finances et bien sûr, du marketing relationnel auprès de nouvelles et évolutives cohortes de donateurs.

Parlez-nous rapidement de votre parcours professionnel ?

D’abord militant en environnement, droits humains et solidarité internationale, ma direction du financement dans diverses fondations et organismes nationaux et internationaux bénévoles m’a amené par la suite à de superbes charges d’enseignement en philanthropie. Ce le fut autant aux niveaux collégial et universitaire (par ex. UQAM, CÉGEP de St-Laurent, Carleton University à Ottawa et conférencier-invité au Certificat en gestion philanthropique de l’Université de Montréal.

Avec des expériences concrètes élaborées en entreprise et maintenant entrepreneur spécialisé en la matière, je peux bien saisir les deux côtés organisationnels (consultant et OBE) et les grands défis de la gestion philanthropique.

Quels sont les défis et enjeux liés à vos fonctions en philanthropie?

À titre d’entrepreneur-consultant, le premier défi est incontestablement de recruter des professionnel.le.s contractuel.le.s ayant réalisés diverses activités de collecte. Des activités qui sont complémentaires, mesurables et vérifiables, autant en sollicitations postales, en dons mensuels ou récurrents, lors de campagnes majeures ou annuelles et ultimement des collectes dites “transactionnelles” et d’autres “relationnelles”. Toutes ces activités doivent inclure les 7 étapes incontournables de la sollicitation, allant de l’Identification, la recherche, la planification, la demande et bien sûr à l’intendance/fidélisation des donateurs qu’ils soient des individus ou des entreprises et institutions donatrices.

Comment définissez-vous la philanthropie aujourd’hui ? Comment cette définition influence-t-elle votre façon de travailler ?

Dans ce monde de plus en plus virtuel, la philanthropie doit viser des actions et des approches davantage « relationnelles » impliquant un dialogue et des échanges en face-à-face. Le recours aux sondages par courriel ou en ligne, personnalisés et de masse sont à mon avis d’extraordinaires outils, spécialement s’ils réfèrent aux projets d’avenir associés à toute planification stratégique imaginée par les dirigeants de fondations et organismes concernés. En définitive, tout donateur exige et exigera de savoir à quoi servira son don, même après son départ et en quoi cela entrainerades changements significatifs selon la mission de l’organisme qui leur tient à cœur.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite exercer votre profession/activité ?

1. Oser innover, oser la créativité, tout cela selon les règles de l’art et les normes éthiques et déontologiques de la profession.
2. Aussi, tester et retester les approches et formes de sollicitations et mieux,
3. Démontrer avec passion à leurs supérieurs gestionnaires des résultats concrets et surtout, selonles déterminants [et indicateurs de rendement] qui influencent tout rehaussement et tout niveau de don, et ce, peu importe la fondation ou l’organisme, qui a misé sur son professionnalisme.

Système de tri

Soumettre votre profil

Soumettez votre profil pour faire partie des portraits de philanthropie.

Soumettre un profil

Liste complète

Pour voir la liste complète des portraits, cliquez sur ce bouton.

Liste complète