Aller mieux à ma façon – Jeunesse : Santé mentale des adolescent·e·s

18 décembre 2021

Santé mentale des adolescent·e·s : qu’est-ce qui les aide à aller mieux?

Aller mieux à ma façon Jeunesse

Le projet Aller mieux à ma façon – Jeunesse vise à développer un outil de soutien à l’autogestion de la santé mentale pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans. Entre 2018 et 2021, via l’intermédiaire de la Fondation de l’Institut Universitaire de santé mentale de Montréal (FIUSMM), un don dédié de 145 000 $ en provenance d’une fondation subventionnaire souhaitant rester anonyme a permis de franchir les premières étapes pour en arriver à l’aube de la matérialisation d’un outil sous la forme d’une application mobile. Dans ce court article, nous présenterons le chemin parcouru jusqu’ici et qu’il reste à accomplir dans un avenir rapproché pour mener à bien ce projet réalisé par et pour les jeunes de 12 à 17 ans. 

Au cours de l’adolescence, de grands bouleversements se produisent, tant au niveau physique que psychologique ou émotionnel. C’est une période normale de la vie où les jeunes se questionnent sur ce qu’ils vivent, pensent, ou ressentent. Il leur arrive de connaître des moments plus difficiles, où ils ne trouvent plus l’équilibre entre la vie personnelle, l’école, le travail et les relations avec les amis ou la famille. Des études récentes indiquent d’ailleurs qu’un jeune canadien sur quatre vit avec des problèmes de santé mentale et que la moitié de tous les troubles mentaux apparaissent avant l’âge de 14 ans (Kessler et al., 2007). Par ailleurs, jusqu’à 70 % des jeunes vivant des problèmes de santé mentale ne recherchent pas de soutien professionnel ni d’aide de leur famille ou de leurs amis (Rickwood et al., 2015). Il est donc primordial de soutenir le développement du pouvoir d’agir chez les jeunes afin qu’ils jouent un rôle actif dans leur rétablissement. Pour faire face à leurs difficultés, les jeunes peuvent mettre en œuvre des stratégies d’autogestion, en adoptant des comportements qui leur permettent de diminuer leurs symptômes, de prévenir les rechutes et de mieux vivre au quotidien (Barlow et al., 2002; Houle et al., 2013) 

Aller mieux à ma façon Jeunesse

Les 5 dimensions de l’autogestion

Ainsi, le projet Aller mieux à ma façon – Jeunesse se veut une réponse à ces situations. Il représente également une réponse à la demande grandissante de développer une version de l’outil Aller mieux à ma façon qui soit adaptée spécifiquement à la réalité des adolescent·e·s. Cet outil, disponible en version papier depuis 2016 et offert gratuitement en version web depuis 2018 (plus de 20 000 utilisateurs et utilisatrices à ce jour), permet d’identifier des moyens pour aller mieux et prendre soin de sa santé en créant un plan d’autogestion personnalisé.  

Développé entre 2012 et 2018 par le Laboratoire Vitalité de l’UQAM, l’organisme communautaire Relief et le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, l’outil Aller mieux à ma façon a été conçu sur la base d’une étude préalable qui fut menée auprès de personnes en rétablissement. L’étude fut sous la responsabilité d’un Comité de croisement des savoirs composé de personnes en rétablissement, de pairs-aidants, de chercheur·e·s et de clinicien·ne·s issus des milieux institutionnels et communautaires. Il a aussi fait l’objet d’une évaluation. À l’automne 2020, dans le cadre de la pandémie de COVID-19, l’outil a officiellement été recommandé à la population générale par le Gouvernement du Québec sur la base qu’il permet aussi à toute personne de prendre soin de sa santé mentale au quotidien. 

S’inspirant de ce premier modèle, et afin de connaître les stratégies qui aident spécifiquement les adolescenthe·s dans les moments difficiles, le Laboratoire Vitalité de l’UQAM a mené une étude qualitative auprès de 49 jeunes âgés entre 12 et 17 ans, lesquels vivaient des difficultés liées au stress, à des situations de tristesse ou d’anxiété, mais qui avaient trouvé des moyens pour y faire face. Les composantes de l’outil Aller mieux à ma façon – Jeunesse ont été développées PAR et POUR les jeunes, à l’aide d’une méthode de croisement des savoirs qui a permis à des jeunes experts de vécu (six adolescent·e·s en rétablissement ayant des difficultés de santé mentale, âgés de 17 à 18 ans au moment de leur recrutement) de prendre part à toutes les étapes de l’étude en compagnie de chercheur·e·s et de professionne·le·ls de la santé (psychologue, psychiatre, psychoéducateur). Les entretiens individuels ont permis d’identifier 73 stratégies d’autogestion qui ont ensuite été réparties en quatre grandes catégories: 1) Je prends du temps pour réfléchir; 2) J’explore mes émotions; 3) Je reste en contact avec mon entourage; 4) Je poursuis mes activités quotidiennes.  

Un élément clé qui s’est imposé lors des entretiens individuels et des discussions avec le Comité de croisement des savoirs, est que le format pour l’outil jeunesse souhaité par les jeunes et adapté à leur réalité et à leurs besoins, est celui d’une application mobile. L’utilisation d’une application mobile serait plus attrayante et pratique à utiliser pour eux. Elle leur permettrait d’y avoir accès en tout temps. Selon les jeunes, l’application devrait être développée pour qu’ils puissent l’utiliser tous les jours : matin, midi et soir. Elle devrait également contenir des informations pour que les jeunes puissent se renseigner et approfondir certains sujets qui les intéressent ou qui les préoccupent. Via cet outil, l’objectif est d’amener les jeunes à bien se connaitre, à choisir les stratégies qui donnent du bien-être et qui auront un impact positif au niveau de leur santé physique, mentale et sociale.  

Nous sommes actuellement à la recherche d’un financement pour poursuivre le projet et développer l’application mobile. L’outil Aller mieux à ma façon – Jeunesse sera développé PAR et POUR les jeunes de 12 à 17 ans à l’aide d’une méthode de co-design participatif qui permettra d’impliquer un nombre de plus en plus important de jeunes de la population cible, et ce, à chacune des étapes du processus. Enfin, une étude de faisabilité sera aussi menée. 

Implication des fondations subventionnaires dans le projet 

Depuis 2018, la réalisation des premières étapes de l’outil Aller mieux à ma façon – Jeunesse a été rendue possible grâce au soutien financier de la fondation subventionnaire et de la FIUSMM, laquelle œuvre depuis 1982 dans le domaine de la santé mentale et soutient des projets visant tant la diminution symptômes de la maladie que le rétablissement des personnes concernées.  

Aller mieux à ma façon Jeunesse

Un don dédié de 145 000 $ accordé au projet de recherche Aller mieux à ma façon – Jeunesse complétait une contribution plus large visant à financer différents projets de recherche en santé mentale jeunesse sur cinq ans dans le cadre de la dernière campagne majeure de financement de la FIUSMM. Aussi, c’est grâce au travail de démarchage et de mise en contact de la FIUSMM que ce projet a pu être mis de l’avant et que les échanges avec la fondation subventionnaire ont pu avoir lieu, tant sur le plan de l’octroi du don lui-même que de la reddition de compte. 


Hélène Gaudreau, Coordonnatrice du projet Aller mieux à ma façon – Jeunesse, Laboratoire Vitalité, UQAM 

Benoit Martel, Chargé de projet Aller mieux à ma façon, Laboratoire Vitalité, UQAM 

Janie Houle, Professeure titulaire, département de psychologie, UQAM et Chercheure, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CR-IUSMM)